Skip to content

De l’Estrac quitte la Présidence de Viva Voce

10 janvier 2011

Jean Claude de l’Estrac a annoncé qu’il soumettra sa démission en tant que Président du conseil d’administration de Viva Voce Ltd, propriétaire de Radio One. Cette annonce a été faite sur les ondes de Radio One ce soir lors de l’émission « face à face » animée par Rabin Bujhun. Farouk Hossen celui qui est à la tête de la nouvelle majorité au sein du board de Viva Voce aurait décliné l’invitation à cette émission. M. de l’Estrac a donc eu tout le loisir de s’exprimer sur ce qu’il qualifie de « coup d’état » au sein du conseil d’administration de Viva Voce qui a été révélé lors du dernier conseil d’administration de cette entreprise.

Au micro de Rabin Bujhun, le grand patron de La Sentinelle explique les raisons de sa démission. Comme déjà annoncé JC de l’Estrac est en semi-retraite et pour lui cela signifie qu’il se permet le luxe de faire ce qu’il aime, avec des gens qu’il apprécie et qu’ils l’apprécient. La situation actuelle à Viva Voce va donc à l’encontre de ses attentes et il démissionne donc sans hésitation.

Ci-dessous d’autres moments forts de l’émission:

– Jean Claude Delaitre, un des candidats proposés par Farouk Hossen au poste de directeur au board de Viva Voce s’était présenté à la dernière Assemblée Générale de La Sentinelle avec une procuration de la BAI.

– M. Goburdhun, Directeur du groupe de Rose Hill Transport a vendu ses 20% d’actions de Viva Voce – acheté à un peu moins de Rs 4 millions – à M. Fon Sing à Rs 25 millions.

-De l’Estrac évoque un complot qui vise à contrôler la presse mauricienne en faveur du pouvoir en place et du premier ministre.

La Sentinelle désarmée!

9 janvier 2011

 

Le dossier de l’express dimanche (09.01.11) sur l’actuelle crise au conseil d’administration de Viva Voce laisse croire au lecteur que La Sentinelle se retrouve désarmée face au « coup d’état » mené par Farouk Hossen avec la complicité de RoseHill Transport et Jean Marie Richard. A ce stade il est difficile de juger à quel point La Sentinelle est réellement en difficulté au sein de Viva Voce, compagnie propriétaire de Radio One. Dans ce dossier les dirigeants de La Sentinelle font bien comprendre qu’ils ne s’avouent pas vaincus et attendent voir la suite des évènements. Il est fort probable que La Sentinelle a un plan B dont fait partie l’option légale déjà engagée et selon moi ils peuvent aussi miser sur d’éventuelles défaillances au sein du bloc d’opposants à La Sentinelle, qui ont en commun seulement une envie de déloger La Sentinelle et Jean-Claude de l’Estrac pour diverses raisons. De telles motivations ne suffisent pas à mener à bien une entreprise telle que Radio One. Je pense qu’on pourrait s’attendre encore à des rebondissements dans cette histoire ca serait très étonnant que La Sentinelle s’avoue vaincue aussi facilement.

Mais qui sont ces actionnaires qui s’opposent aujourd’hui à La Sentinelle au sein de Viva Voce ? Rose Hill Transport est un des principaux actionnaires de Viva Voce et cette entreprise familiale qui a débuté dans le transport a aussi investit dans d’autres projets aux cotés de La Sentinelle. Ainsi sur son site web on peut voir qu’un des bras d’investissement du groupe a aussi investit dans One Advertising (entreprise de La Sentinelle spécialisée dans la publicité) et Showbizz Entertainment, dans laquelle La Sentinelle fait figure de partenaire stratégique. On peut donc en déduire que RHT et La Sentinelle sont en désamour total depuis quelques temps. Dans ce trio d’opposants, on remarque Jean Marie Richard qui est un petit actionnaire (un peu plus de 6%) comparativement à ses acolytes (plus de 20%),  mais cet expert en communication apporte des compétences certaines à ce bloc. M. Richard a souvent fait parler de lui dans la presse pour ses coups de gueules ou ses accrochages avec la police. Ceux qui ont connu Radio One de l’intérieur connaissent aussi les conflits voir les disputes entre la direction et cet actionnaire. Finalement Farouk Hossen est celui qui porte le chapeau de « chef de l’opposition » aspirant à une prise de pouvoir au sein de Viva Voce. Cet opticien est connu pour ses lunettes mais aussi pour ses fonctions de directeurs au sein de la BAI. Cet important groupe mauricien a commencé, depuis un an ou deux, à acquérir divers titres de presse et a aussi déjà acheté des actions au sein de La Sentinelle à prix très fort. Dans le cas présent il n’y a aucune preuve que Farouk Hossen agit pour le compte de la BAI mais il est difficile de ne pas y penser au vu des récents évènements dans le milieu médiatique à Maurice.

Admettons que Farouk Hossen prenne la présidence de Viva Voce, que pourrait- il se passer pour la station de la rue Brown Sequard ? Premièrement voyons le cas extrême où Farouk Hossen passe à la présidence et son conseil d’administration résille le contrat de gestion de Radio One qui permet La Sentinelle à gérer le quotidien de la radio. A mon sens cela serait une hécatombe stratégique à la rue Brown Sequard car Radio One perdra tout le soutien stratégique dont il dispose en faisant partie du plus grand groupe de presse Mauricien. Car en étant membre de ce groupe Radio One bénéficie de contrats commerciaux (sa seule source de revenues) entre des annonceurs et le groupe couvrant ses différents médias et cela lui confère aussi un certain « bargaining power » et une certaine crédibilité dans la négociation de ces contrats commerciaux. Radio One bénéficie aussi d’une synergie en terme de production de contenu éditorial. Ainsi très souvent les rédactions de Radio One et lexpress.mu par exemple collaborent pour la couverture de certaines informations ou alors des journalistes seniors de l’express quotidien anime des rubriques sur les ondes, le tout permet à R1 de faire certaines économies tout en ayant une certaine qualité au niveau de son contenu.

Autant dire donc que l’actionnaire Farouk Hossen et ses complices n’aurait rien à gagner en optant pour un tel scénario. Je vois donc deux autres possibilités. Il se pourrait que Farouk Hossen passe à la présidence sans résilier le contrat de gestion de Radio One signé entre Viva Voce et La Sentinelle. Pour cela il faudrait éventuellement qu’il y ait un certain accord entre La Sentinelle et le nouveau conseil d’administration de Viva Voce. Comme cela est rapporté dans l’express dimanche, La Sentinelle exigera que l’orientation qui sera donné à R1 soit en accord avec les valeurs et traditions du groupe. Mais une telle issue me laisserait dubitatif, et voudrait dire que ce conflit visait uniquement à éliminer M. de l’Estrac de la présidence de Viva Voce ou alors serait une prise de contrôle avec un maintien de quasi status quo en attendant que Radio One soit fondu dans un plus grand plan stratégique. Vous vous demandez quel plan ? Et bien comme expliquez plus haut, Radio One hors du groupe La Sentinelle perd des avantages stratégiques et devient éventuellement moins profitable. Si l’objectif de l’opération « coup d’état » est d’exciser R1 de la Sentinelle il y a fort à parier que cela sera dans l’objectif de l’intégrer dans un autre groupe de presse où R1 retrouvera des avantages stratégiques comparables à ceux dont il disposait avec la Sentinelle. Mais notre pays ne compte pas des dizaines de groupes média, le groupe défi média possède déjà sa radio qui est numéro un et les autres groupes de presse tel que Le Mauricien et Le Matinal ne dispose pas d’atouts stratégiques suffisamment important à première vue. Il nous reste donc un certain groupe média qui est en gestation et qui est financé par la BAI et qui compte déjà quelques titres de presse.

Bref les mois à venir nous donnera peut-être une meilleure lecture sur la vision de l’opticien Farouk Hossen !

 

 

 

Les perles de Facebook

28 décembre 2010

Ca doit bien faire un an depuis mon dernier post ici. Je profite de mes vacances pour partager avec vous une petite collection personnelle que j’ai commencé il y a de ça quelques mois. Cette collection est assez originale, j’ai dégoté quelques bijoux sur Facebook, laissez moi vous expliquer comment.

Ceux qui sont parmi mes amis sur le réseau social numéro 1 de la toile savent que mes amis se comptent en milliers. Ils sont aussi nombreux en partie en raison de mon blog à l’époque où celui-ci était très animé. Je reçois quotidiennement des demandes d’amis d’inconnus, majoritairement des mauriciens et mauriciennes. Je me fais un devoir à chaque fois de lire la section info de ceux qui m’ajoutent comme amis avant d’accepter ou de refuser leur demande. En se faisant j’ai découvert de vraies perles sur les profils de certaines personnes, cela relève souvent du gag, de la naïveté de l’adolescence ou encore hélas d’une mauvaise formation générale.

Je vous laisse en juger par vous même:

Bavardeuse et conseilleuse, ok c'est mignon. Mais "religious views": creol c'est inquiétant.

Un chef d'oeuvre. Cette dame d'origine mauricienne semble mener la belle vie en Europe

Certains ne font pas la différence entre religion, race et culture. Et celle-ci est très cultivée à en croire sa citation préferrée

Ca veut dire quoi avoir de LARDEURE? Si vous connaissez la réponse mettez un commentaire SVP

De l’Estrac débauche Ahnee

14 décembre 2009

Jean Claude de l’Estrac a débauché Gilbert Ahnee de la rédaction en Chef du journal Le Mauricien. Beaucoup ont été surpris par cette nouvelle en fin de semaine dernière, cette nouvelle a certainement jeter un froid  aussi bien dans le groupe Le Mauricien qui perd un grand éditorialiste et à La Sentinelle car certains voient en Gilbert Ahnee une menace pour leur avenir. D’ailleurs, il y aurait déjà eu une démission au sein du groupe de Riche Terre. J’ai essayé de comprendre comment ce transfert des plus importants a pu être possible.

Pourquoi Jean-Claude de l’Estrac est parti cherché Gilbert Ahnee malgré leurs récentes disputes d’éditorialistes ?

De l’Estrac prépare son retrait de La Sentinelle et difficile de trouver une seule personne pour remplacer cet homme qui a été derrière le succès de ce groupe de presse devenu le plus important groupe de presse de notre région. Jean-Claude de l’Estrac est à la fois un excellent journaliste et un grand entrepreneur, difficile de trouver une autre personne cumulant ces deux qualités dans la presse mauricienne. Donc Denis Ithier, COO du groupe La Sentinelle est celui qui prendra le relais de l’entrepreneur et pour ce qui est du journaliste Jean Claude de l’Estrac a du aller chercher en dehors de son groupe. Il fallait quelqu’un avec les épaules suffisamment large pour tenir la ligne éditorial de tout le groupe La Sentinelle cette personne doit être aussi crédible pour l’opinion public mauricien et donc quelqu’un qui connaît parfaitement bien Maurice et sa complexité sociale et politique. Avec un tel profil les candidats potentiels se compteraient certainement sur les doigts d’une seule main et tous des personnes ne faisant pas ou plus parti de La Sentinelle.

Pourquoi Gilbert Ahnee a accepté l’offre de Jean Claude de l’Estrac ?

Gilbert Ahnee a passé une vingtaine d’année au journal Le Mauricien et il en a été le rédacteur en chef pendant de très nombreuses années aussi. Mais le groupe Le Mauricien en comparaison avec La Sentinelle a une politique hautement conservatrice, les titres de ce groupe ont très peu évolué au fil des années, les maquettes sont restées pratiquement les même et le groupe a raté son saut dans le train des nouveaux médias avec un site web pas très efficace. Et il n’y avait aucun signe que cela irait en s’améliorant car depuis l’année dernière le groupe de la rue St Georges faisait face à de sérieux problèmes financiers. Dans un tel contexte il est facile d’imaginer que l’on s’ennui au bout de 20 ans et que l’on se laisse séduire par une nouvelle aventure professionnelle.

Selon mes infos Gilbert Ahnee agira comme un genre de Grand Rédacteur en Chef ou Directeur de l’information pour le groupe La Sentinelle. Ce groupe a aussi récemment recruté Pierrick Pédel, un journaliste français, qui agit comme Grand Rédacteur en Chef pour toute l’information financière et économique au sein des médias du groupe.

L’A380 dans son plus simple Appareil

12 novembre 2009

Picture 057

C’est ainsi que j’ai découvert celui qu’on surnomme le paquebot des airs, l’A380 d’Airbus qui est arrivé à Maurice ce matin (12/11/09) est un appareil d’essais et donc son intérieur et vraiment celui d’un cobaye. Fils électriques, instruments de mesures, ordinateurs, réservoir d’eau et seulement quelques sièges occupent cet avion.

Néanmoins cela ne rend pas la visite de cet appareil moins intéressant. Au contraire, ceux qui comme moi ont eu la chance de monter à bord de cet avion d’essaie ont pu se rendre compte du sérieux et des moyens mis en œuvre avant la mise sur le marché d’un tel engin.

Il y a à bord de cet avion un grand nombre d’ordinateurs et d’autres appareils de mesure et d’analyse qui permettent d’étudier le comportement de l’A 380 en vol. Les réservoirs d’eau qui remplissent cet avion ont pour rôle d’alourdir l’avion pour que les essaies se fassent dans les mêmes conditions que s’il était rempli de passagers.   Quelques sièges ont aussi été placés sur les deux ponts de cet avion car une quinzaine d’employés d’Airbus font parti du voyage.

Cette visite à Maurice se fait donc dans le cadre d’un vol d’essaie qui vise aussi à s’assurer que ce monstre peut effectivement atterrir à Plaisance et il faut aussi le dire qu’il sagit en même temps d’une bonne opération de communication pour l’avionneur européen.

En quelques mois c’est le deuxième événement Airbus auquel j’ai l’honneur d’assister et envoyant les moyens mis en œuvre par le géant Européen on se rend bien compte de la dimension d’une telle institution et des budgets de communication dont elle dispose, c’est à croire qu’ils viennent d’un autre monde.

Plus de photos ici

4 – 5 ti mo pa pou asse

7 novembre 2009

Pour décrire le concert de Blackmen Bluz hier (vendredi 6.11.09) au God Father à Grand – Baie. « Zot la mizik finne fer nous gain bon ek bliye bann moman kon » et je suis certain de ne pas avoir été le seul à le penser vu l’enthousiasme et la générosité du public présent à ce concert.

Le début du concert était bien mais un peu en dent de scie, les artistes étaient visiblement par quelque soucis techniques et de larsen notamment avec des micros qui ne cessaient de siffler entre les morceaux et des haut-parleurs qui grésillaient. Mais au fur et à mesure du concert Richar Hein (à la technique) est parvenu à gérer et régler ces quelques soucis et les Blackmen soutenus par leur public ont surpassé leur timidité et le God Father s’est transformé en véritable salle de concert.

Les Blackmen avaient visiblement beaucoup travaillé sur leur live, offrant au public des version inédites de certaines chansons de leur premier album, des transitions non-stop entre des chansons, des reprises et surtout d’excellentes nouvelles compositions. Je retiendrais de celles ci une chanson qui dit « bouz to carapace » avec un arrangement musical des plus original et rythmés. Il faut faire ressortir que des groupes de la nouvelles scènes mauriciennes, Blackmen Bluz bénéficie du meilleur public; du début à la fin toutes les chansons du premier album sont repris en coeur.

Tout ceci à fait monter l’ambiance de plusieurs crans et la fin du concert était des plus rythmés, les premiers rangs ne cesser de « jumper » tout comme les artistes sur scène, les percussions de « moussaillon » ont même fini par terre dans l’euphorie. A plusieurs reprises Lionel (guitare et voix) a tenté de mettre fin au concert, mais impossible le public était trop trop cho, certains scander « Blackmen Bluz » et d’autres « Gabriella » et bien ils ont eut droit à encore quelques chansons des Blackmen et de Gabriella.

Pour terminer une petite anecdote, tous les fans de Blackmen savent que ce groupe est né à Blue Bay dans le Sud de l’île et hier après le concert, une de mes bonnes amies, à qui je racontais devoir aller à l’aéroport aujourd’hui, me dit « bein dormi la même » avec tout son sérieux. Elle était persuadé que nous étions à Blue Bay, c’est vous dire la magie de ce moment qu’a été le concert des Blackmen Bluz à Bl…., oups à Grand Baie.

Mauritius… doit devenir un plaisir

16 octobre 2009

Depuis la semaine dernière la marque dévoilée pour Maurice, Mauritius C’est un plaisir a fait couler beaucoup de venin…

Ma première réaction a été que le logo était un peu mince, pas suffisamment imposant et le slogan une erreur car il est en français.

Aujourd’hui je me dis que le logo est quand même pas mal, il s’imprime bien dans la mémoire, bien que je pense qu’il n’était pas essentiel d’utiliser le rouge – bleu – jaune – vert comme couleurs du logo. Je continue à penser que le slogan en français est une erreur parce que le français n’est pas une langue international comme l’est l’anglais, donc le slogan ne sera pas suffisamment évocateur pour ceux qui ne sont pas francophone. Et pour moi il n’est pas question d’avoir un slogan en créole comme j’ai pu entendre dire Arnaud Carpooran sur Radio One hier soir, pas que je suis contre le créole mais le slogan risque de ne pas être compris par aucun étranger.   Par exemple la Thailande a choisi « Amazing Thailand » pourtant son peuple parle le Thai.

Mais au final je n’ai pas d’avis tranché sur cette marque, car une marque sans image n’est rien. Maintenant que la marque de Maurice est là, il faut créer son image à travers un plan de communication dont les objectifs seront la vulgarisation de la marque et la création de son image. Cette campagne devra contribuer à construire un sens à « Mauritius, C’est un plaisir » c’est à dire rattacher des valeurs et des messages à cette phrase.

J’attends que tout cela devienne un plaisir.