Skip to content

Recherche sur les motifs d’utilisation de Facebook à Maurice

15 janvier 2012

Facebook est le média social le plus populaire à Maurice avec plus de 250, 000 mauriciens répertoriés comme utilisateur actif de ce réseau social soit plus de 20% de la population locale. Cela révèle que si l’on considére Facebook comme un média, celui ci a une audience qui dépasse tout juste la presse écrite locale.

Ce succés relatif de Facebook s’est construit au fil des années et des progrés au niveau de la fourniture d’accès à Internet. Mais en 2009, alors que j’étais chef de projets dans une agence de relations publiques cela me démangeait de ne pouvoir utiliser Facebook et d’autres technologies web 2.0 dans mes plans de communication. Les obstacles (à l’époque) étaient un nombre encore restreint de ‘Facebookers’ et un manque d’ouverture d’esprit des entreprises par rapport à cet outil. J’étais confiant que les choses pourraient changer dans les annés à venir et je voulais approfondir mes connaissances dans ces nouveaux médias qui ont révolutionné la communication.

C’est ainsi que début 2010 je me suis envolé pour la Malaisie pour des « post-graduate studies ». Mon objectif en tête,  j’ai saisi chaque opportunité qui m’était donné pour faire des recherches sur les médias sociaux et plus particulièrement Facebook. Au deuxième semestre 2011 j’ai donc réalisé une thèse sur l’utilisation de Facebook à Maurice à travers une recherche sur ce thème. Mon mémoire, rédigé en anglais s’intitule: « A Uses and Gratification Perspective on the Consumption of Social Media: Motives of Use of Facebook by Mauritians. » Je vous propose ci-dessous le résumé de ma thèse et aussi un lien pour télécharger le document complet.

Résumé en anglais:

This study explored the use of Facebook in Mauritius under the lens of the famous Uses and Gratifications theory. The objectives of the study are: to identify the strongest motivators of Facebook use in Mauritius and to evaluate Facebook intensity based on socio-demographic background of respondents.

The study presented 8 motives to create a model to predict Facebook use: use to meet people, use for entertainment, use to maintain relationships, use for social events, use to share media product, use for product inquiry, use for discussion, and use for information.

These variables were measured through an online survey questionnaire distributed among a sample of 392 Mauritian Facebook users. The variables were tested for correlation with Facebook use which was measured through the Facebook intensity scale.  All of the eight factors were found to have positive correlation with Facebook use.

The factors were also regressed against Facebook use to determine which factors were predictors of Facebook use and which one was the strongest. It was found that ‘use for entertainment’ was the strongest followed by ‘use for discussion’, ‘use to meet people’ and ‘use to maintain relationships.

The study also looked into the socio-demographic characteristics of Facebook users in Mauritius and how the differences might effect on its usage. It was discovered that there was a difference in Facebook use between groups of different monthly income level.

This study therefore explores a new and hot topic of study in the field of communication and mass media. It contributes to the body of knowledge by identifying scientifically four predictors of Facebook use. It also points out that level of income of different groups of people will affect Facebook use.

Click here to download the full document/ Cliquez ici pour télécharger le document complet

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 15 janvier 2012 21:05

    Je n’aurai que deux phrases comme commentaire :

    Il était effectivement temps de comprendre comment les Mauriciens utilisent Facebook car l’absence de références relatives a un marché potentiel de quasiment 300 000 âmes nous a ralenti dans la compréhension du phénomène des réseaux sociaux en général.

    Pour cela Merci et Bravo Ludovic…

    • Ludovic permalink*
      15 janvier 2012 23:09

      Merci Alain. Cette étude ne lève qu’un petit coin du voile pour mieux comprendre ce phénomène. J’espère que d’autres étudiants, universitaires ou même professionelles de la communication iront plus loin pour que nous ayons une source de référence enrichit. Il y a beaucoup à faire comme recherche dans ce domaine à divers niveau.

  2. 22 janvier 2012 22:12

    Top net. Il était temps que quelqu’un fasse cette étude! Well done.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :