Skip to content

Communiqué de Jean Marie Richard, victime de brutalité policière

29 septembre 2009

Je publie ci-dessous le communiqué envoyé par Jean Marie Richard aujourd’hui (29 septembre 2009)  en réponse à un communiqué du Commissaire de police en date du 28 septembre 2009. Je publie ce communiqué pour permettre à ceux qui ont vus la vidéo des événements qui ont eut lieu sur la propriété de la famille Richard à Grand Baie jeudi dernier.

La vidéo :




Le communiqué:

1. « Il est absolument inexact pour ne pas dire faux, d’avancer que j’aurai «entravé le cours de la justice lorsque deux huissiers de la cour intermédiaire accompagnés de deux policiers tentaient d’exécuter un mandat pour restituer la possession d’un local (qu’occupe l’agence Libellule Tours » à moi même.

2. Un certain M. Nabee huissier de la cour m’avait lui même demandé la veille l’assistance de main d’œuvre pour procéder à l’éviction et l’enlèvement des effets meubles du local.

3. Il a fallu pour cela que j’adresse au nom de la Société Héritiers Frank RICHARD une lettre au Presiding Magistrate de la Cour Intermédiaire demandant la raison pour laquelle l’exécution du jugement en date du 31 juillet contre Kalam Azad Joomun tardait du fait que M. Nabee ne daignait pas répondre aux appels et messages de nos conseillers légaux….Entrave à la justice dites- vous ?…

4. Quel intérêt aurais-je eu à entraver les cours de la justice pour récupérer mon bien alors que je dispose d’un ordre de la cour. Cela relève du n’importe quoi !….

5. A aucun moment je n’ai « insulté les huissiers » comme faussement avéré alors que j’avais tout intérêt à me voir restituer le bien en question comme stipulé par un ordre de la Cour.

6. A un moment et en présence des huissiers et des policiers j’ai demandé à mes hommes d’enlever les effets meubles en conformité avec l’ordre de la Cour. Ils ne sont à aucun moment interposés. Alors venir maintenant parler de saccage relève du délire si ce n’est de collusion…

7. A un certain moment un certain Chef Inspecteur Musafeer de la Police de Grand Baie, est effectivement arrivé et a demandé que les meubles soient enlevés de la chaussée. Immédiatement j’ai donné des instructions à mes hommes pour que les meubles soient alignés le long du mur d’enceinte de notre propriété familiale, ente autres.

8. Le CI Musafeer a alors commencé à proférer des menaces à caractère raciste à mon égard et des mes deux sœurs présentes et témoins de toute la scène et j’ai préféré rentrer dans l’enceinte de ma propriété.

9. A aucun moment je ne l’ai « tiré par la chemise et l’aurait poussé violemment sur le sol, le « blessant » de surcroît.

10. Les images de la CCTV prises au même moment montrent d’ailleurs le même individu faire irruption illégalement dans notre propriété et ne portant aucune trace de « chemise déchirée ou encore de blessure ».

11. A aucun moment également je n’ai «résisté» justifiant selon le Commissaire de Police l’utilisation d’une quelconque «proportionate force» qui n’est qu’un alibi pour couvrir les insultes à caractère raciste, l’agression sexuelle perpétrée par entre autres, le CI Musafeer, sur mes parties génitales sans compter les coups reçus sur tout le corps à ce moment là.

12. J’ai été ensuite menotté brutalement tiré hors de mon véhicule d’où je tentais de téléphoner à mes conseillers légaux. Roué de coups par des policiers en uniforme assistés de policiers en civils et des tapeurs connus de tous sur Grand Baie.

13. Une fois retiré de mon véhicule j’ai été projeté sur le capot de la voiture de ma sœur devant ses yeux par les policiers et ils osent, dans leur communiqué, dire et prétendre que je me suis jeté sur la voiture pour résister à mon arrestation. J’étais à ce moment déjà menotté !!!!! Ridicule…

14. J’ai ensuite été conduit au poste de police de Grand Baie où j’ai été passé à tabac par des policiers dont Musafeer qui a encore réitéré ses insultes à caractère sexuel et raciste.

15. Pendant cinq heures j’ai invoqué le respect de mes droits constitutionnels comme définis par les articles 3, 4, 5, 7, 9, 11 et 12 de la Constitution de la République de Maurice.

16. Mes demandes sont demeurées vaines ce qui relève de la violation de mes droits humains et de non assistance à personne en danger.

17. J’ai été à 17h30 conduit à l’Hôpital SSR ou le médecin de service ne m’a même pas ausculté se contentant de me demandait ou j’avais mal.

18. C’est à la suite d’examens approfondis à la Clinique Fortis Darné que les Drs. Prasad, Gopal et Ghanty m’ont fait passer des examens approfondis CT-SCAN, X-RAY et Echographie) révélant des multiples contusions à la tête, au visage, au nez, aux testicules, aux intercostales ainsi qu’une fracture à l’orbital gauche, comme attesté dans le rapport médical de cette institution en date du 25 septembre 2009.

19. J’ai pris connaissance des charges provisoires entrées contre moi et vais totalement coopérer avec les enquêteurs en émettant des réserves formelles que ce soit à Grand Baie ou encore à la Northern Division que je doive me rendre à cet effet au nom du principe d’équité.

20. Je demande donc au Commissaire de Police de faire autant preuve de diligence que pour l’émission de son communiqué diffamatoire, de prendre les dispositions que le bons sens et la décence exigent afin que toutes les conditions soient réunies pour la conduite d’une enquête transparente, indépendante et sereine et dénue de tout risque d’intervention et de possible risque de manipulation.

21. Il est important que la vérité éclate au grand jour sur les pratiques crapuleuses de certains éléments de l’institution dont il a la responsabilité. Le Commissaire de Police a le devoir citoyen de prendre des initiatives sans équivoque et sans l’ombre d’un soupçon.

22. Le public appréciera par ailleurs que le Chef de la Police, tout en admettant dans sa grande sagacité que la Commission des Droits de l’homme avait été saisie de l’affaire, qu’une enquête policière était en cours, omet toutefois de rappeler que la Cour de Mapou a demandé également l’institution d’une enquête agréée par le Prosecuteur le 25 septembre dernier.

23. Afin de rétablir la confiance demandée aux citoyens dans l’institution de la police je suggère que cette dernière donne des gages de réelle volonté de traiter tous les citoyens de ce pays dans le respect de leurs droits humains fondamentaux comme prévus par notre Constitution.

24. Je fais un appel dans ce sens au Premier Ministre et ministre de l’Intérieur et lui exprime toute ma confiance à l’effet que le gouvernement qu’il dirige a à cœur cette nécessaire et salutaire exigence. »

Pour de plus amples renseignements veuillez contacter :
Imagine Communication, 41 Bis, Ternay Street,
Port-Louis.
Tel : (230) 210 1631/5132/9698/5108 Fax : (230) 210 5035
Email : laurie@imagine.intnet.mu

Publicités
15 commentaires leave one →
  1. 29 septembre 2009 22:47

    euh, ou est la vidéo? :S

    Sinon, je l’ai déjà mentionné sur un autre blog: je trouve que les 2 ont torts quelque part et maintenant ils s’engagent dans une bataille médiatique. Pour un lecteur lambda comme moi, ce blah blah ne m’intéresse point maintenant.

  2. Ludovic permalink*
    29 septembre 2009 22:55

    Désolé je ne sais pas pourquoi la vidéo avait sauté.

    Certaines personnes m’ont demandés des explications sur cette vidéo, ce communiqué l’explique assez bien.

    Dire que les deux ont torts c’est une solution de facilité et ceux qui ne se sente pas concerné sont bien naïfs.

  3. 29 septembre 2009 23:48

    J’avoue Ludovic, qu’une précédente lettre de JMR m’avait un peu choquée. Il y faisait une allusion non-voilée d’une collusion, je dirais même d’un complot, de personnes d’une même communauté. Ce complot qui viserait, selon JMR, à le léser dans ses droits. A la suite de cet incident déplorable, j’ai noté que JMR a encore une fois, et avec insistance, relevé le nom de famille d’un des officiers de police. Qui bien évidemment peut être assimilée aux deux autres personnes faisant prétendu parti du « complot. » Ceci est le contexte global…

    Maintenant pour en revenir à l’incident lui-même. Des déclarations discordantes existes. Et malheureusement, du fait d’un angle mort sur les prises de vue des deux caméras, nous ne serons pas en mesure de voir nous même ce qu’avance l’un des policiers. C’est à dire que JMR aurait eu un comportement violent.

    Alors…je suis un peu comme bruno. Je pense qu’on nage dans une zone grise. Il y a eu des précédents entre JMR et les flics. Les hommes en bleu l’attendaient-il au tournant? Ou alors, JMR a-t-il cette fois-ci franchi un cap qui lui a valu une interpellation bien trop musclée?

    Ce sont les questions que je me pose…

    • Ludovic permalink*
      30 septembre 2009 00:34

      Je ne juge pas ce que raconte JMR, car je crois qu’il connait plus que nous tous ici le contexte de toute cette affaire. Je crois que si il cite précisément cet officier de police c’est que ce dernier était en première ligne et aussi l’officier responsable.

      Angle mort ou pas, il y a un rapport médicale et si on s’en tient à ce que JMR dit dans son communiqué, cette arrestation est bien plus que musclée.

      Je comprend tout à fait vos interrogations. Mais moi ma question est quand il y a une enquête en cours est-ce que les accusés peuvent être eux même enquêteur? ne doivent-ils pas être suspendus pour ne pas interférer dans le bon déroulement de l’enquête? Je crois que cela serait bien pour la crédibilité de la police et du commissaire que les policiers incriminés soient temporairement suspendus le temps de l’enquête!

      • racyn permalink
        30 septembre 2009 00:42

        Je suis bien d’accord sur le fait qu’il est INACCEPTABLE qu’une enquête sur des comportement jugés violents d’un flic soit confiée à ses propres collègues!

        La création d’une police des polices à Maurice, c’est une réalité qui n’est pas prêt de voir le jour…

        • Ludovic permalink*
          30 septembre 2009 00:51

          Et là c’est un responsable d’un poste de police qui est accusé… Si ses collègues doivent venir par exemple voir la salle où Jean Marie dit avoir été passé à tabac, il faudra que cela se fasse possiblement avec sa permission… Et cela m’étonne que le commissaire tire un communiqué commentant sur des faits faisant l’objet d’une enquête!

  4. Fabrice permalink
    30 septembre 2009 12:57

    J’ai plus confiance en la police. Faute à ceux en uniforme qui profite de leur position et qui gâche l’image de la police. Pour moi, une seul chose a dire : J’espère que cette enquête sera dans la transparence…se que j’en doute. Moi c’est mon avis : Maurice dois avoir une police des polices qui serais constituer de policier compétant, et pas amis de ministre… pour faire le claire sur des affaires comme celle-ci. Faut avoir plus de rigueur dans la police. Prenons exemple sur les Gendarmes en France… enfin c’est une longue discussion et un autre débat.

  5. gentil alex permalink
    30 septembre 2009 21:25

    Salut tous le monde,,faudrai que JMR arrête de raconter des mensonges car ce jour là étaient présents bon nombre du public dont des touristes qui ont vu JMR en train de saccagé ce bureau en lançant lui même tous sur la route ,il étaient dans un état de colére extrème,on auraient dit un monstre enragé qui n’arrêter pas de crier et de casser le bureau à coup de marteau,les deux pauvres policiers qui étaient present et les deux huissiers ont essayer de le calmer mais il les maltraiter les injurié des gros mots et c’est à ce moment là qu’on à vu les deux policiers appeller du renfort qui sont arrivaient quelqques minutes après que JMR ai tous sacagé …..

    • Ludovic permalink*
      30 septembre 2009 21:51

      Est-ce que cela justifie un passage à tabac par des policiers?

  6. 1 octobre 2009 07:02

    Hey, I found your blog while searching on Google your post looks very interesting for me. I will add a backlink and bookmark your site. Keep up the good work!

  7. Fabrice permalink
    1 octobre 2009 08:55

    Bonne question Ludovic. Cela ne justifie en rien un passage à tabac. Même si JMR a insulté ou fais quoi que ce sois. Justice doit être fais dans les deux sens. ‘Policiers et JMR’. Personne ne dois être au-dessus des lois. Cela donnera l’exemple à la population qu’il y a une justice. Ni l’argent, ni camarade de ‘ministre x ou y’ ne dois rentré en jeux. Je pense qu’une des solutions dans l’avenir est que la police sois équipé de cameras. Dès cameras dans les voitures qui amène le suspect au poste, et dans la salle d’interrogatoire.

Trackbacks

  1. Twitted by LudovicF
  2. Twitted by morisdotus
  3. La Sentinelle désarmée! « Media et communication à Maurice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :