Skip to content

Autocritique d’un journaliste

7 septembre 2009

Axcel Chenney

Axcel Chenney

Axcel Chenney, journaliste à Radio Plus, lance une autocritique d’une sur-médiatisation de la réunification des bleus à travers une note publier sur sa page facebook. Selon lui cette histoire n’avait pas sa place à la une de tous les média. Ce genre de débat à l’intérieure de la presse est très intéressant, cela démontre une capacité de se remettre en question et de s’avouer ses erreurs s’il y a lieu.

J’aurai pu commencer cette note en écrivant « Que celui qui n’ait pas fait des derniers ‘évènements’ politiques, une seule Une de son journal/bulletin d’info me jette la première pierre » mais le débat mérite un départ loin des textes religieux qui inspirent et motivent les rassembleurs tantôt profitant, tantôt victime, du cycle adulé-décrié-oublié. Jocelyn, Eric, Maurice, Xavier, Paul, Navin, pour une fois je vous laisse en paix, ceci ne vous concerne pas. Nourrissez paisiblement vos brebis, coqs, chevaux bref votre animal farm ; mais il faudrait de temps en temps faire un effort pour la rendre beaucoup plus amusante, et là petit conseil : essayez farmville sur facebook ; une petite application qui deviendrait dans quelques mois presque plus populaire que vous.

Le populaire, voilà justement ce qui m’intrigue. Non pas ce journal que Rama – ah merde, encore ces bleus – allait nous sortir des placards, mais l’info populaire. Je connais le refrain, nous le chantons tous en chœur – avec un H Paul, ne sursaute pas – « je fais de l’info populaire, pas populiste. » En fait la question m’est venue lors de la préparation d’une nouvelle sauce pour manger notre nouvelle viande, périmée d’office celle là, le PMSD. Je voulais poser ces questions à un membre du parti : Maurice, en offrant à Xavier ce coq de la discorde, ne vient-il pas de faire ce que Gaetan et Hervé ont voulu éviter durant le crépuscule de leur vie ? De quelle réunification parle-t-on si Hervé Jr, neveu de Gaetan, en veut toujours à sa tante Fifi ou son cousin Xaxa ? Notre homme m’a sorti le classique : ‘to koné mo kapav kozé moi, mais mo bizin lautorisation leader.’

Ce prétexte abusif, qui cache la forêt de l’emprisonnement de la pensée dans nos partis politiques m’a finalement conduit à LA question : cette telenovela bas de gamme mérite-t-elle après tout, la une de nos journaux imprimés, diffusés – sans oublier la tendance ‘uploaded’ – dans l’intérêt du peuple ? Cette définition du populaire, l’intérêt du peuple, rejoint-elle le traitement que nous avons TOUS accordé à un homme qui change de camp comme de culottes, à un autre qui finit toujours par être trahi, ou encore à celui qui au jeu du je-me-moi parle plus souvent de « son papa » que de son pays – NOTRE pays ?

Maurice à l’Alliance Sociale, info dites-vous ? FAUX, cela s’est passé durant même ce présent mandat.

Paul trahi, info ? NON, quand il n’est pas trahi, il se trahit tout seul, le pauvre.

Navin qui veut faire comme son père en allant jusqu’à accueillir l’ennemi, ca méritait des pages d’analyses et des dizaines d’éditoriaux ? CERTAINEMENT PAS ! En football on aurait dit que cette stratégie tellement visible et prévisible est une passe téléphonée.

Mais pourquoi donc en avoir fait et en faire tout un plat ? La réunification partielle de deux atomes des restes d’un parti qui a été – dans un passé lointain – historique suffit-elle pour nous mettre en émoi ?

Je sais je sais, c’est l’histoire, nous lui devons hommage…

… Mais pensez-y, l’histoire, dans 50 ans, risque bien de retenir le passage d’une génération de journalistes écrivant au rythme de ces – je me retiens – grossièretés politiques. Avec une telle ligne éditoriale, faisons-nous réellement mieux que ces ‘fais-ce-que-je-prêche-et-non-ce-que-je-fais’ de ces politiques que nous dénonçons dans nos éditoriaux ?

Un petit encadré en page 8, une brève en fin de page local du journal, ou deux lignes au pied de la page web n’auraient pas suffi ? Nos lecteurs, nos auditeurs, nos surfeurs, n’en demandaient peut-être pas autant.

En 1984 ils luttèrent pour la liberté de la presse. Faisons-mieux, luttons pour notre liberté de penser !

Axcel. 🙂
Journaliste aussi!

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Garçon laville permalink
    7 septembre 2009 12:58

    Ce que la presse doit surtout se demander, c’est a qui profite ce déballage médiatique. A celui qui perd un allié, ou à celui qui gagne en majorité? Comment avez vous eu l’info?Qui vous a appelé pour vous dire cette nouvelle? Joli coup de pub gratuit pour l’Alliance sociale. Encore une fois la presse se fait manipulée, à l’insu de son plein gré.
    Ce n’est pas de la faute des jeunes journalistes de la radio, je parle de la génération des moins de 40 ans, mais cette génération doit admettre qu’elle s’est nourrie malheureusement pendant trop longtemps d’une surrévaluation de l’actualité politique à Maurice. Ce qui devrait faire d’avantage la Une, c’est vraiment tant de sujets qui ont un sens tel que l’injustice sociale, le développement durable, ou des questions d’energies dont les solutions se trouvent dans les bureaux des ministères.
    Mais malheureusement, ce que l’on ne comprend pas, c’est que parler, en bien ou en mal, d’un politicien, lui fait de la pub. Assez de rififi autour des transfuges, c’est normal, autant qu’un transfert en football comme le dit bien Axcel. Il n’y a plus aucun idéal, il n’y a que des intérets. Il n’y a plus de causes, il n’y a que des manques à gagner.

  2. yukra permalink
    7 septembre 2009 13:12

    Ah! Une réflexion sensée ce lundi matin après un week-end de nouvelles désespérantes de banalité. J’aime. Avec un peu d’interrogations pertinentes de ce genre, peut-être nos journalistes comprendront-ils enfin pourquoi les ventes des journaux sont en déclin. Si on peut accepter de consommer ce pas de deux entre politiciens et journaux (faut bien que vive le petit commerce), on peut aussi se rebeller du manque de qualité de ces scénarios. D’un côté comme de l’autre. Que diable! Un peu d’originalité, d’engouement, de passion, faudrait que nos comédiens publics y mettent un peu plus de mordant mais aussi que les rapporteurs patentés se bougent le popotin. Il se passe pourtant pas mal de choses sur cette île et à défaut, malgré la loi du kilomètre mort, on pourrait regarder dans les parages pour s’inspirer un petit peu. Qu’est-ce qui les empêche donc de nous servir des produits autrement plus ragoûtants? A force de ne pas écouter son public et son désir d’évasion, de rêve, de nouveautés, d’infos percutantes et pertinentes, certains vont finir par mordre la poussière. Que le meilleur vive!

Trackbacks

  1. Manque d’humilité de certains membres de la presse? « Media et communication à Maurice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :