Skip to content

Brigade des mineurs ou anti-mineurs

31 août 2009

Comme lexpress.mu de nombreux média parle régulièrement des opérations de la Brigade des mineurs

Comme lexpress.mu de nombreux média parlent régulièrement des opérations de la Brigade des mineurs

C’est la question que je me suis posé en lisant les nombreux articles dans la presse et en voyant les reportages de la MBC sur les opérations « crack down » de la brigade des mineurs. Ces opérations initiés au départ pour réprimer le phénomène de l’école buissonnière a été utilisé, selon la presse  la semaine dernière « pour protéger » les collégiens  de la grippe A. Ces opérations se faisaient en collaboration avec les officiers de la Child Development Unit et ceux du National Children’s Council. Ces opérations partent d’une bonne intention il faut le dire mais il y a un problème de méthode et de terminologie.

Prenons d’abord le terme très médiatisé d’ « opérations crack-down » ce terme fait penser aux opérations anti-drogue ou anti-banditisme qui vise à mettre la pression sur des malfrats pour mettre un frein à leur activité. Ce terme me semble inapproprié même dans le cadre d’action de prévention ayant pour objectifs de protéger des mineurs de la grippe A ou même de certains fléaux. La médiatisation de ces actions de « crack down » créé une perception de comportement criminel des jeunes qui se font prendre dans les maisons de jeux ou à flirter dans un jardin. Les média présentent ainsi une image répressive de ces actions policières qui peuvent être confondus par les lecteurs/auditeurs/téléspectateurs à des opérations de répression des stupéfiants. Pour les adolescents qui sont en pleine recherche de repères dans la société cela peut être déstabilisant et dangereux, car si pour eux se faire prendre dans une maison de jeux devient assimilable à se faire prendre avec un joint au bec, il y aura là comme une uniformité de ce qui est mal. C’est-à-dire qu’il n’y a plus vraiment de distinction entre la consommation de drogue qui est considéré comme un crime à Maurice et fréquenter une maison de jeux au lieu d’être à l’école qui est une offense. Si cette distinction disparaît dans la perception des jeunes ils pourraient se retrouver à fumer un joint aussi facilement que l’on va dans une maison de jeux.

Pour ce qui est de la méthodologie il me semble inapproprié que dans le cadre de la prévention à la grippe A des policiers intimident des jeunes qui n’ont fait qu’allé faire un tour dans un centre commerciale. La méthode des policiers ne peut qu’être intimidante, imaginez vous à 15-17 ans, avec vos amis, des hommes en civil vous interpellent vous présentent leur carte de policier, vous demande nom et adresse etc et vous demandent de rentrer chez vous… ca fout quand même la trouille pour rien. Je pense que cela devrait être fait à travers des éducateurs comme ceux de la CDU qui devraient être présents régulièrement dans les lieux fréquentés par les jeunes, établissant ainsi de bonnes relations comme des grands frères ou grandes sœurs avec eux. Des policiers aussi pourraient mener ce rôle mais ils devraient être attachés à une section ne faisant que de la prévention et de l’éducation, laissant la répression à leurs collègues.

Dans la société d’aujourd’hui les autorités sont obligés de participer à l’éducation des jeunes car la cellule familiale ne peut plus assumer complètement ce rôle pour des raisons sociales et professionnelles du monde actuel. Mais il est très important que les autorités utilisent les bonnes méthodes pour que l’objectif de leur action ne soit pas mal perçu.

Publicités
One Comment leave one →
  1. Anielle permalink
    1 septembre 2009 20:30

    les ados e surtout les etudiants snt souvent victimes des prejuges de la part des adults.. y’en a certain ki snt vreman pa possible mai je pense ke tou les adult ont ete ados avant detr ckil snt now..

    a la tele, lotr foi kan il passait le ‘crack down’ du BdM, y’avai un d’eux ki parler a un etudiant, ct vreman ouff! ou est passer la politess? comment voulez vous ke les jeunes soient passive kan on c pas leur parler poliment? le povre mec voit kelkun venir ver lui et lui dis, ‘ki lere la? lekol ki lere rentrer? b ki to p fer la? aller aller pa rest la, ale lekol’.. et tou sa devant le camera de la mbc, pui on le pass sur le JT de 7.30!
    tou le monde la vu, e je vou dit pa la honte ke sa fou! ils orait pu dir, » bonjour, mons. intel, officier de la BdM. eski ou kapav dir moi ki ler ou lekol rentrer? ou conner ki ou suposer a lekol a cet heur.. pou ou bien mo conseille ou ale lekol aster la mm.. merci. orevoir » osi simple ke sa! poukoi les policiers et mm ceux ki se disent educateurs n’arrive pa a etr gentils ek les jeunes? ondis bien l’exampl vient d’en haut, n’est pas? vous les Brigade des mineurs, cessez d’agir comme des anti-mineurs (t’as trouver le terme exact Ludovic)! o lieu de bousculer c jeunes egares, montres leurs la route, comme vous oriez aimer kon vous la montre!
    au mineurs et etudiants, on leurs doit le respect, un bonjour dan les magazins et supermaches, un pardon dans la rue o lieu d les bousculer komsi c snt d sacs de patates pouri, un stp kan on leur demande kelkechoz.. et un ‘ je m’excuse kan on c rendu compt kon c tromper sur le plus p’ti ke soit’..
    une personne en uniformes c’est une personne a ki on doit le respect!

    Merci Ludovic.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :